Fatou N’Diaye, L’éclaireuse De La Beauté Noire Africaine

Culture & Education

Originaire du Mali et du Nigeria, Fatou N'diaye est l’une des premières blogueuses à avoir sublimé la beauté des femmes noires de France dès 2007.  Pour s'en rendre compte, l'équipe de UP AFRICA TV dans sa quête inlassable de promouvoir la beauté de l'Afrique eclaire les lampions sur cette énigmatique femme.

La Parisienne de 43 ans, fille d’un père malien et d’une mère nigériane, est l’une des premières blogueuses qui a écrit sur la beauté des femmes noires en France, il y a près d’une quinzaine d’années.

Aujourd’hui elle a su se faire un nom, respecté par la jeune génération d’influenceurs comme par l’ancienne.

D’ailleurs, ses fans n’ont de cesse de la remercier pour avoir mis en avant la « beauté noire » et la liberté de s’affirmer telle quelle.

Mais il lui en a fallu de l’obstination pour parler de cette thématique hautement inflammable et résister aux critiques car le constat était sans appel : la « beauté noire » était fortement dépréciée.

Le challenge était le suivant, je suis noire, je m’aime, et j’ai envie de parler de la réalité d’être une femme noire dans une société qui n’est pas faite pour elle.

Quand Fatou avait 20 ans et qu’elle avait besoin de conseil sur la façon de prendre soin de sa peau ou de ses cheveux, elle avait bien du mal à trouver des modèles. J’avais l’impression que la femme noire n’existait pas dans l’espace public. On me disait que j’étais française mais je n’apparaissais nulle part.

Si les femmes noires n’étaient pas représentées, cela signifiait qu’on ne nous considérait pas comme des personnes qu’on avait envie de voir. D’où son envie de contribuer à les rendre visibles car être noire n’est pas une malédiction.

Malheureusement beaucoup de femmes noires ont la haine de soi, regrette-t-elle et, pour preuve le premier acte de beauté au sein de la diaspora africaine est de se défriser les cheveux. Être belle, c’est forcément avoir les cheveux lisses et non crépus parce qu’on les considère comme moche.

Son travail au travers de son blog et de ses collaborations avec ces grandes marques françaises veut mettre toutes les beautés africaines en avant en les valorisant. Aussi se réapproprier l’espace public et d’aider les femmes noires à « s’émanciper ».

Aliénation très forte

Reconstruire cette « estime de soi » est un travail de longue haleine. Pour Fatou N’Diaye, c’est un problème qui remonte au temps de l’esclavage et des colonisations où les femmes étaient traitées comme des bêtes, leur intelligence et leur beauté étaient niées.

Ironie de l’histoire, aujourd’hui des stars planétaires comme Kim Kardashian empruntent les codes des corps des femmes noires. Malgré tout, il reste du chemin à parcourir car l’aliénation est très forte, surtout quand elle voit encore que tant de femmes africaines continuent à se blanchir la peau pour se trouver belle, c’est très profond et regrettable.

 

Félix Yao/UP AFRICA TV-Abidjan.

C’est important de voir des femmes noires dans des publicités, ça va au-delà de la beauté, c’est de l’estime de soi.