mardi, juillet 5, 2022

CELEBRATION- Journée mondiale de la normalisation: L’Afrique s’arrime lentement mais sûrement.

Must Read
Spread the love
De concert avec la communauté internationale, de plus en plus de pays africains célèbrent la journée mondiale de la normalisation, avec pour objectif premier de se mettre à la page en la matière .    Le 14 octobre, journée mondiale de la normalisation est depuis quelques années inscrit en lettres capitales dans l’agenda de plusieurs pays africains. 37 d’entre eux sont d’ailleurs membres à part entière de l’Organisation Africaine de Normalisation (ORAN) dont le leitmotiv est justement d’arrimer l’Afrique aux standards mondiaux en termes de normes et de qualité. Des standards élaborés par des milliers d’experts réunis sous la bannière conjointe de l’Organisation Internationale de Normalisation (ISO), la Commission Électronique Internationale (CEI) et l’Union Internationale des Télécommunications (UIT). Trois mastodontes qui depuis 1970 ont convenu d’organiser la journée en question dans le but de marquer le travail d’élaboration des normes et leur importance. Cette année, la célébration était placée sous le thème « Les normes vidéo créent une scène ouverte sur le monde. ». Une thématique développée dans la quasi totalité des Etats membres de l’ORAN.[spacer height=”20px”] [spacer height=”20px”]Des pays où comme ceux du reste du monde l’on s’est félicité  « Qu’au moment où la vidéo est désormais accessible à tous et permet à chacun, partout dans le monde de raconter son histoire et de partager ses souvenirs, grâce à des normes reconnues et appliquées partout, les vidéos encodées sur un appareil peuvent être lues par un autre, quel que soit le dispositif utilisé. » . A ce coté utile de la célébration, a également été greffé un volet agréable comme ce fut le cas en occurrence au Cameroun. En effet, ce pays présenté à juste titre comme l’Afrique en miniature a vu au cours de cet événement particulièrement couru, son Réseau National des Consommateurs (RNC) remettre des trophées de la normalisation aux multinationales et entreprises nationales. Celles-ci avaient comme dénominateur commun la détention d’une certification internationale et une politique innovante pour offrir toujours des services et/ou des biens de qualité à leurs clientèles respectives. Des lauréats issus de 21 secteurs d’activités qui ont été exhorté par le comité d’organisation chapeauté par Francis Hervé Eyalla Saba, président exécutif du RNC, à ne pas s’endormir sur leurs lauriers car « le monde étant devenu un immense village planétaire, l’environnement est de plus en plus concurrentiel ». Concurrence qui fait d’ailleurs rage sur le marché africain où de nombreux produits venus de l’occident bénéficient des exonérations douanières à la faveur des Accords de Partenariats Économiques (APE) notamment avec l’Union Européenne. En revanche, celui des États Unis d’Amérique est ouvert grâce à une franchise douanière également à une kyrielle de produits africains à travers l’African Growth and Opportunity Act ( AGOA).[spacer height=”20px”] [spacer height=”20px”]Le hic pour ce dernier cas étant que bon nombre de producteurs africains n’arrivent pas à saisir cette opportunité pour la simple raison que leurs produits ne sont pas aux normes de qualité requises par le pays de l’Oncle Sam, particulièrement exigeant en la matière. Des exigences du commerce mondial qui préoccupent naturellement l’Organisation Africaine de la Normalisation. Cette dernière, qui consciente des défis de croissance qui attendent ses membres, a multiplié ces dernières années la signature de plusieurs conventions de partenariats relatives notamment aux obstacles techniques au commerce (OTC) ainsi qu’aux mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS). De même, l’Oran ne relâche pas la pression sur les décideurs politiques afin de leur faire prendre conscience urgemment des enjeux de la normalisation. La journée africaine de la normalisation qu’elle a initiée il y a peu pour le 22 juin, est l’occasion idoine de faire son plaidoyer. Plaidoyer qui donne déjà des résultats encourageants avec l’harmonisation de plusieurs normes sur le plan continental pour favoriser les échanges entre les pays africains qui constituent un marché de plus en plus attractif aux yeux du monde entier où les normes gagnent chaque jour un peu plus de terrain.  [spacer height=”30px”]    Damien TONYE/UP AFRICA/Kribi
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Latest News

procreation Medicalement Assitée(PMA)

La journée de lundi 27 juin 2022 a été marqué par la commission des Affaires Culturelles de l'Assemblée nationale...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img