mardi, juillet 5, 2022

MODE- Beauty challenge: Le black is beautiful fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Must Read
Spread the love
Tout est parti d’une publication de la chanteuse camerounaise Mani Bella exhortant les femmes noires à faire la peau à la dépigmentation qui semble être la chose la mieux partagée par bon nombre d’entre elles .[spacer height=”30px”]  «       …    Arrêtes de frotter le ndjansang sur toi.ça abîme ta mélanine. Ça fragilise ton corps. Libères toi et assumes la couleur naturelle de ta peau   !  ». Cette exhortation publiée le 10 août 2019 par l’artiste à tube Mani Bella sur son mur facebook, n’a pas fini de défrayer la chronique. La preuve elle continue plusieurs mois après sa publication d’enregistrer des likes (prés de 20000 en deux mois), de faire l’objet de partage et surtout de susciter de nombreux commentaires. Des réactions qui dans leur majorité saluent la sortie de l’auteur de la chanson « pala-pala » dont le mérite est d’avoir prêché par l’exemple. En effet, la « pala-pala woman » comme elle se définit elle même, a publié conjointement l’une de ses photos récentes. Photographie à travers laquelle elle laisse admirer son teint redevenu « bio » suivant sa propre expression après seulement quatre mois de « sevrage » en produits éclaircissants. Des produits chimiques que sa consœur Coco Argentée convaincue par le bien fondé de sa démarche, décide également d’abandonner l’usage sur sa peau à travers une annonce faite sur la toile un mois plus tard. Cette autre diva du Bikutsi, l’un des rythmes les plus connus du Cameroun, ne manquera pas aussi de joindre une preuve en image pour montrer qu’elle n’est plus adepte du « Ndjansang » ou décapage de la peau dans l’argot camerounais. Une image valant mille mots, celles de ses deux icones vont se révéler particulièrement éloquentes. Leur exemple sera d’ailleurs vite suivi via un Beauty challenge à travers le cyberespace où l’on ne compte plus les selfies publiés au quotidien par de milliers de femmes noires qui affichent fièrement leur teint naturel. Un affichage que de nombreuses camerounaises ont capitalisé pour en faire une campagne photo de sensibilisation contre la dépigmentation baptisée « Dieu est un artiste   » avec pour slogan « Zéro dépigmentation…touche pas à ma mélanine ! ». Les ivoiriennes ne sont pas en reste elles qui pour dire non au « tchatcholi » surnom donné au décapage de la peau dans leur pays, ne manquent pas d’originalité sur internet. Effectivement à travers le groupe dénommé «  Les ethnies de la cote d’ivoire et d’Afrique  », elles ne se limitent pas à promouvoir leur teint mais arborent aussi majestueusement leurs tenues traditionnelles avec en prime des messages du genre  » Etre noire n’est pas une maladie, soyons fières de notre teint d’ébène ». La publication faite le 04 octobre 2019 avec comme tête d’affiche Tara Gueye, miss Cote d’Ivoire 2019, fière de représenter « la terre de ses ancêtres à la 59 ème édition du concours miss international  », en est la parfaite illustration. L’ élection de cette jeune Abidjanaise au teint foncé comme reine de beauté de ce grand pays d’Afrique de l’ouest où le décapage de la peau a pignon sur rue, ouvre la voie à un changement de mentalité et de comportement dans cet univers du « blim blim ». Cependant de là à voir les promoteurs de concours de beauté inscrire le teint naturel comme critère de choix,il y a encore du chemin à faire. L’heure n’est donc pas au triomphalisme surtout que les industries cosmétiques qui se font leurs meilleurs bénéfices sur la vente des produits éclaircissants, s’arrangent toujours pour sponsoriser lesdits concours et multiplient les stratégies pour augmenter leurs parts de marché. [spacer height=”20px”]La dépigmentation a décidément la peau dure. [spacer height=”10px”] Le marché des produits de beauté qui jadis progressait de 10 % annuellement en Afrique va voir sa progression doubler pratiquement en 2020 avec prés de 17 milliards de dollars de chiffre d’affaire suivant une enquête du journal Forbes Afrique. Au rang des grands consommateurs figurent en bonne place l’Afrique du Sud, le Nigeria, le Kenya, l’ Égypte, l’ Algérie, Le Maroc et le Cameroun. Huit pays où malheureusement les produits éclaircissants ont réussi à se faire une place au soleil en raison surtout de la préférence affichée des africains pour les femmes au teint clair. A cela s’ajoute le pouvoir de la publicité dont les campagnes d’envergure sont d’ailleurs menées sur la majeure partie du continent noir par les acteurs de ce secteur qui se recrutent aussi bien dans les multinationales que dans les entreprises locales sans oublier les opportunistes  tapis dans l’informel. Des stars n’ hésitent pas souvent à associer leur image à ces marques qui vendent sous forme de crèmes, gélules et même injections, le « teint commercial », synonyme de beauté . C’est le cas en ce moment au Cameroun où la chanteuse Jacky Biho est l’égérie d’une marque de cosmétiques qui promet de donner un teint de métisse à ses consommatrices en un temps record. Une métamorphose garantie si l’on s’en tient aux affiches et aux spots vidéo où l’on voit l’artiste complètement « blanchie » au point où certains de ses fans ont toujours du mal à la reconnaître. Par contre, les observateurs avertis reconnaissent que ces produits « miracles » à base d’hydroquinone, mercure, glutathion et corticoïdes aux effets secondaires néfastes voire toxiques, continuent de se vendre comme de petits pains. Certains vendeurs choisissent d’ailleurs de faire un marketing très offensif avec la technique du porte à porte en passant dans les bureaux et les domiciles. Un véritable harcèlement du consommateur qui a fini par exaspérer certains responsables des organisations de la société civile qui eux aussi brillent par un activisme sur les réseaux sociaux. C’est le cas de dame Régine Mathio qui a vigoureusement interpellé  quelques membres du gouvernement camerounais dans un statut datant du 03 octobre 2019. Elle a écrit en ces termes « A monsieur le ministre de la santé. A madame le ministre des affaires sociales. A messieurs les sponsors des tchizaa et des teints commerciaux. Ceci vous interpelle ça urge. En vous remerciant ce panneau (affiche publicitaire avec Jacky Biho, NDLR) n’a pas sa place dans nos villes. Femmes femmes femmes attention au cancer ! ». Une interpellation qui jusqu’ici n’a pas encore reçu d’écho favorable. Les gouvernants en question préfèrent rester sourds, aveugles et muets devant ce phénomène de blanchissement de peau qui si rien n’est fait pour renverser la tendance, n’aura aucun mal à se transformer en un soucis majeur de santé publique. [spacer height=”30px”]   Damien Tonye/UP AFRICA TV/KRIBI
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Latest News

procreation Medicalement Assitée(PMA)

La journée de lundi 27 juin 2022 a été marqué par la commission des Affaires Culturelles de l'Assemblée nationale...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img