samedi, mai 21, 2022

Samuel Eto’o reste toujours d’attaque.

Must Read
Spread the love
Malgré sa retraite sportive, le meilleur buteur de l’histoire de la CAN n’a pas encore atteint son but ultime sur le terrain des œuvres caritatives où sa fondation humanitaire a pourtant marqué de bons points .[spacer height=”20px”]   «    …  Samuel Eto’o, enfant de New-Bell est devenu grand patron c’est parce qu’il a bataillé. Si par la foi l’on peut déplacer des montagnes c’est que par certaines fois tu peux effacer tes souffrances…    ». Ce morceau choisi de l’un des couplets du tube «    Ma vie a changée.    » de l’artiste ivoirien Kerozen, résume à merveille la laborieuse ascension sociale de l’ancien capitaine des quintuples champion d’Afrique. En effet, grâce à son talent et à force de travail, le petit garçon qui a fait ses classes à la Kadji Sport Academy (KSA) dans la banlieue de Douala est parti d’un quartier populeux de ce poumon économique de l’Afrique centrale pour conquérir la planète foot.[spacer height=”10px”] [spacer height=”10px”]En revanche ce que la chanson ne dit pas explicitement, c’est l’altruisme avec lequel il a toujours su renvoyer l’ascenseur aux personnes vulnérables à travers l’Afrique en general et son Cameroun natal en particulier. Un pays où le ballon rond est une véritable religion qui s’enrichit courant 2005 d’une chapelle aux sons de cloches différents de celles existantes. Il s’agit de la Fundesport (Fondation Samuel Eto’o ) qui se donne pour mission l’intégration sociale des jeunes du Cameroun travers le sport et des activités de formation, d’éducation et de sensibilisation. Objectif qui fera dire au fondateur en parlant de l’avenir des 400 bénéficiaires directs «         Certains deviendront certainement des médecins, d’autres auront de très belles carrières sportives, mais le plus important c’est qu’ils deviennent des Hommes.    ». Des hommes qui comptent dans leurs rangs aujourd’hui  deux des gardiens de buts des Lions Indomptables à savoir André Onana et Fabrice Ondoa. Un heureux aboutissement que les plus hautes autorités camerounaises n’ont pas attendu pour non seulement donner leur onction mais surtout marquer leur appréciation. La preuve, par un décret présidentiel signé le 11 novembre 2008, la Fundesport est reconnue d’utilité publique. Une utilité qui justifie certainement l’empressement avec lequel bon nombre de métropoles camerounaises à l’instar de Kribi et Douala  remettent à son promoteur leur clé. Le contraire aurait plutôt été surprenant quand on sait qu’au mois de mars de l’     année d’avant, la Fondation Samuel Eto’o offrait deux ambulances médicalisées au ministère de la santé publique de son pays. Elles furent aussitôt dotées au Service d’Assistance Médicale d’Urgence (SAMU) pour sauver des vies sur l’axe lourd Douala-Yaoundé particulièrement accidentogène. Cependant c’est l’ensemble de ses compatriotes qui a applaudi le geste avant de décider d’appeler affectueusement «    Papa    » ce jeune donateur grâce à qui bon nombre doivent  leur accès à l’eau potable par des forages construits par ses bons soins. Un père noël à temps plein qui a toujours une oreille attentive et une main généreuse pour ses nombreux «         enfants    » notamment les plus jeunes. Les étudiants et les orphelins n’ont pas fini de bénéficier de ses largesses eux qui continuent de recevoir bourse d’étude et aide à la construction des orphelinats. Que Dire encore du personnel et surtout des malades de l’hôpital Laquintinie qui ont vu en mai 2017 l’ambassadeur de bonne volonté de l’UNICEF doter cette formation sanitaire publique située au cœur de Douala, d’un pavillon pédiatrique au plateau technique optimal. Des équipements high-tech qui vont également meubler le centre multi media pour personnes handicapées dont le chantier a été lancé en grande pompe en juin 2019 dans la capitale économique du Cameroun. Cette autre initiative du journaliste sportif Martin Camus Mimb lui même handicapé moteur, n’a pas manqué de recevoir le soutien financier et physique de Samuel Eto’o Fils (SEF) venu poser sa pierre sur l’édifice de ses propres mains. Un exemple qui a fait pratiquement tache d’huile pour le tournoi de football initié par un autre homme de media en la personne de Ernest Obama. Il s’agit de la super coupe Samuel Eto’o dont le lancement de la récente édition a eu lieu en juillet 2019 à Esse dans le Département de la Mefou Afamba, région du centre Cameroun. Une petite localité qui en cette circonstance a réservé un accueil mémorable au légendaire goléador de la sélection nationale fait citoyen d’honneur durant la cérémonie protocolaire. Dix hectares de terrain lui seront cédés séance tenante pour l’érection d’un centre de formation de football. Un centre qui va certainement s’inspirer de celui que SEF a ouvert 7 ans auparavant en terre gabonaise.[spacer height=”20px”] [spacer height=”20px”]Papa Eto’o peut encore même à l’international.[spacer height=”10px”] «   Je suis un africain tout court qui a l’ambition de faire profiter un maximum de pays du continent de ce que j’ai gagné en jouant au football.   ». ces propos du quadruple ballon d’or africain n’ont eu aucune peine à trouver un écho favorable auprès du président de la République du Gabon. Effectivement Ali Bongo Ondimba ne se fera pas prier pour mettre à l’entière disposition du grand 9 certaines installations sportives construites en 2011 pour servir de centre d’entraînement durant la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2012 que son pays coorganise avec la Guinée Equatoriale. Le premier sportif gabonais procédera d’ailleurs lui même à l’inauguration du centre de formation Samuel Eto’o de Libreville trois mois seulement après cette grande fête du football continental dont la finale s’est jouée en février de cette année là. Un soutien de poids que l’ancien international camerounais, champion d’Afrique 2000 et 2002  attend toujours recevoir du gouvernement de la Guinée Conakry à qui il a promis en février 2013 de construire un centre de formation futuriste. Un peu plus de 12 mois plus tard c’est devant le parlement ivoirien qu’il promettait la construction d’une école primaire au pays des éléphants. Des promesses pour lesquelles l’infatigable bienfaiteur a eu l’idée du Eto’o charity Match qui est un match de gala dont les recettes sont destinées au financement des œuvres de bienfaisance au bénéfice de  son continent d’origine. Un continent où manifestement il ne va pas chômer  malgré son annonce faite en début septembre 2019 de raccrocher les crampons  à 38 ans bien sonnés. Une annonce précédée deux mois auparavant  de son entrée par la grande porte du coté de la Confédération Africaine de Football (CAF) où il siège désormais en qualité de collaborateur de son président avec des fonctions officielles à la clé. Il sera chargé notamment des relations avec les fédérations et les confédérations. Une balle prise au bond que le jeune «   retraité   » n’entend pas garder dans son camp mais bien au contraire veut en faire une passe décisive pour gagner de nouveaux challenges. De nouveaux défis pour lesquels la Fundesport aussi est prête à rebondir comme cela est indiqué en ces termes sur son site «       nous avons récemment étendu notre champ d’actions à de nouvelles zones à l’intérieur du continent. Le but est de faire en sorte que nos projets bénéficient à un nombre de plus en plus important de personnes qui vivent dans des conditions de pauvreté extrême.   ». Les observateurs avertis sont déjà prêts à parier que comme par le passé Samuel Eto’o Fils saura mouiller son maillot sur tous les terrains où il est désormais attendu avec des mains tendues qui se multiplient au quotidien conscientes que celui-ci aura toujours le cœur sur la main.[spacer height=”30px”]     Damien Tonye/UP AFRICA TV/KRIBI
- Advertisement -spot_img
- Advertisement -spot_img
Latest News

Fecafoot news

Démission du secrétaire général de la FECAFOOT, Samuel Eto'o à merci du tremplin. Benjamin Didier Banlock puisqu'il s'agit de...
- Advertisement -spot_img

More Articles Like This

- Advertisement -spot_img