CAMEROUN – NDAP BIKOKO A L’HEURE DE LA TEMPETE

Societe & Environnement

Presqu’un an et demi après le lancement officiel du Ndap Bikoko,ce regroupement des fils et filles de la grotte vivants  en occident,l’on ne pouvait croire qu’une tempête arriverait  de sitôt sur l'édifice. Quand Ce mouvement naît à l’origine, les uns et les autres ont  vite pensé qu'il  viendra ressusciter et raffermir  les bassa,bati,mpo’o   qui sombrent dans la division. Enfin entendait on dire,que cette organisation arrive à point nommé.  A un moment où  la diaspora  des fils et filles  de Ngog Lituba développe des liens  englués dans les querelles de bas étages .

 

Ndap Bikoko à l’image d’un nouveau né  qui apprend à marcher,n’a pas fait long feu pour  illustrer sa fragilité et son immaturité. Les sceptiques d’hier ont   eu raison sur  ceux qui couraient après la mélodie du  ralliement. Laquelle  invitait tous ceux qui se reconnaissent issus de la légendaire grotte de ngog lituba,vivants dans les différentes villes d’europe,d’asie et d'amérique à prendre part à la réunification,à la grande messe marquant  la synergie des forces des bassa,bati mpo’o.

Duisburg en allemagne  où s’étaient allumés les lumignons  de cette nouvelle  marche de l'unité s’est suivi de  trois rendez-vous,de véritable poudre aux yeux :  Le premier à  Londres plus moins applaudi,celui de l’italie ceinturé  de couacs qui continuent à attiser  des rancunes parmi les garants de cette organisation. Le dernier en date, celui  de février, tenu à paris la capitale de la culture, celui qui a débridé l'abcès  sur les différentes malversations financières qui se trament au sein du collège des mba mbombog entendez les garants de la tradition,bien que ceux du Ndap Bikoko soient élevés sur de bases légères et creuses sans aucune authenticité. Et que dire du fondateur du concept Ndap Bikoko lui même autoproclamé roi?  Tout présageait comme dit un homme averti dans cette communauté,à une punition des ancêtres. Ce que les mauvaises langues  ont considéré  d’imposture, vendant moins cher la peau de cette organisation,qui le temps d’un battement de cils,a effectivement fait sa chute libre. Le présent schisme met à nu   l'édifice que beaucoup découvrent comme une invention pour se tirer les marrons du feu comme dirait la fontaine. Les choses vont très mal au point où le chef,fondateur de cette formation est monté récemment  au créneau après moult secousses pour rayer de ses effectifs certains pionniers, des pièces maîtresses de cette grivèlerie. Et depuis lors,ça fuse de partout,c’est la guerre ouverte,c’est chacun qui y va de son style pour s’innocenter ou pour pointer du doigt,dénonçant quelques pseudo pratiques qui se développent dans la maison contre des innocents membres qui passent plutôt leur temps à chanter,danser  et  boire.Une bonne opium pour endormir les esprits.

Lorsque le nerf de la guerre  divise

Pendant que les membres dansent,les personnes impliquées à la gestion du Ndap se remplissent les poches.Chacun à son niveau se sert  lorsque l'opportunité lui est donnée. Les frais d’inscriptions passent dans plusieurs  mains.Les trésoriers sont nommés sur la base légère et amicale. Le canton de France,celui  qui a plus de membres de par sa situation géographique semble être  selon les observateurs  une bonne mangeoire. La preuve,il génère à lui seul beaucoup d’argent au point ou certains proches du chef   lui ont suggéré  à le découper tel un gâteau  en  plusieurs sections. Tout ceci de peur que l’administrateur attitré se fasse un peu trop du beurre et de pouvoir…
A quand les bassa vont ils agir sans préméditation? Pourquoi toujours placer le  profit en avant ? Pourquoi  l’argent régule-t-il les mouvements associatifs chez les natifs de la grotte? Comment une association comme le Ndap Bikoko peut elle fonctionner simplement pour faire danser et chanter ses membres? On a même entendu une ânerie  qui se chantait au sein du ndap, selon laquelle, le Ndap bikoko n’est pas créé pour des projets,si vous cherchez un cadre pour les projets,allez ailleurs. Et le promoteur invitant   les membres à se marier au sein du Ndap. Comme quoi,les déplacements étaient centrés pour  se taper un/une partenaire,danser,manger et boire en attendant le prochain rendez-vous quatre à trois mois après.

Pourquoi ne pas imiter ces  organisations d’une certaine région du cameroun,dont sa diaspora  siège  pour réaliser de grands projets communautaires tels que par exemple construire les écoles,les hôpitaux et les routes ? Soutenir la jeunesse ancrée dans la paupérisation avec du matériel didactique? Il est temps que tout change.Lorsque vient une tempête comme celle qui souffle présentement,il faut que la donne soit révisée.

La poire coupée en deux ,Le linge sale  désormais en publique

 

La bourrasque de ces jours a fait naître , plusieurs clans. chaque mbombog se targuant d'être blanc comme neige. Chacun tirant la couverture de son côté. Enfin on découvre que Ndap Bikoko est une histoire de copains. Seuls sont aux commandes les potes disciples des salamalecs qu’ils balancent à tour de bras à la tutelle, de peur de se faire virer. Depuis le déclenchement de la “guerre”  Aucun compromis jusqu’ici  n’est fait. Les différents fora des natifs de la grotte crépitent avec la kyrielle de posts qui étalent chaque jour les inepties des

“ba Mbombog” version Ndap Bikoko  que le peuple découvre,une véritable pilule amère à avaler pour beaucoup.

Le mois d’octobre qui commence ,semble être,si on s'en tient aux différents posts qui animent les conversations sur la toile, celui des retrouvailles entre alliés,question de redorer le blason chacun à son niveau. Déjà en perspective deux assises se tutoient: celle de la suisse qui regroupe ceux des membres qui ont choisi de se désolidariser avec la tutelle du Ndap Bikoko   et de l’autre celle qui va se tenir en Allemagne,une frange conduite  par le fondateur Ngom Ngom lui même. Ce groupe est essentiellement constitué  des membres qui  sont restés fidèles au Kine(le chef)malgré l’agitation de la barque sur la mer.

Certaines infos font état,d’une modification du nom du groupe que le chef serait tenté  d’appeler  NDAP BIKOKOA, et dans le camp adverse,les résignés disent maintenir le nom du groupe Ndap Bikoko sous prétexte que le nom n’appartient plus à son  fondateur,mais à une communauté de personnes qui souhaitent continuer ce qu’elles ont entamé dans leurs cantons respectifs.

Vivement que la paix revienne dans le bateau Ndap Bikoko,que les personnes de peu de foi qui continuent à croire que les nsa’a sont maudits n’aient pas raison sur celles qui croient mordicus que les Bassa peuvent aussi se tenir les coudes, à condition qu’ils soient francs,humbles,et déterminés.

Pour l’heure le torchon continue à brûler,laissant place aux critiques et injures.

Ya t-il espoir que les deux principales parties Planchent   autour d’une réconciliation?

Le fondateur du Ndap Bikoko,Etienne Ngom Ngom est t- il prêt  de son piédestal à jouer le rôle que devrait jouer un Kine,s’il en est un véritable,le rôle du chef de famille?  Est il prêt à pardonner et à  organiser une communication inclusive avec ses frères et soeurs d’en face? Voilà autant d’interrogations qui brûlent les lèvres au moment où dans chaque camp on se prépare à repositionner les pions  et  à assigner une nouvelle administration qui se veut ouverte et transparente.

 

Etienne Nemb / UP AFRICA TV- ATLANTA