41ème Journée internationale du Tourisme : Jacques Mboua promeut le tourisme interne

Economie & Science

Le délégué régional  du Tourisme et des loisirs du Littoral, Jacques Mboua

C’est dans l’arrondissement de Dizangue, situé à cheval entre la localité balnéaire de Mouanko et la ville d’Edéa que le délégué régional  du Tourisme et des loisirs du Littoral, Jacques Mboua, a procédé le 23 septembre dernier au lancement officiel des activités de la célébration de la Journée mondiale du tourisme sous le thème « Tourisme et développement rural ».

Cette cérémonie qui a réuni les autorités locales, les opérateurs du secteur, les touristes et de nombreuses populations locales, a été l’occasion pour Jacques Mboua  de rappeler les opportunités qu’offre le développement touristique dans la relance de  l’économie du pays après que celle-ci ait été sérieusement impactée par  la pandémie à coronavirus. « Aujourd’hui le tourisme, comme tous les autres secteurs de l'économie, a été frappé par la covid-19. Ce que nous voulons faire, c'est sortir la tête de l'eau pour développer d'autres stratégies qui vont nous amener à d'autres types de tourisme » a-t-il déclaré. Et Jacques Mboua n’a trouvé rien de mieux que de promouvoir le tourisme intérieur, en faisant la mise en valeur du riche et immense potentiel touristique de la localité de Dizangue, réputée pour la beauté de ses lacs ainsi que de la qualité exotique et l'importance de sa faune et de sa flore. « Pour être en phase avec le thème de la célébration de la 41e édition de la journée mondiale du tourisme, nous avons pensé que si on fait une bonne promotion de ce potentiel, on peut créer une kyrielle activités connexes génératrices de revenus pour l'amélioration du niveau de vie des populations de Dizangue » a-t-il soutenu.

Instrument de cohésion sociale

 

Visite du lac Mboli

L’agenda des touristes était bien rempli avec la visite de quelques lacs et plantations de palmeraie et d’hévéa, les échanges avec le conseil municipal et les forces vives de la localité et la visite des différents stands de la foire exposition. Le dépaysement était au rendez-vous.  Le délégué régional  du Tourisme et des loisirs du Littoral fonde l’espoir que  les opérateurs embarqués dans cette aventure pourront désormais inscrire la destination Dizangue dans leurs circuits touristiques.

Il a par ailleurs interpellé les collectivités territoriales décentralisées et les forces vives de la région du Littoral à s'impliquer davantage dans la promotion du tourisme de leur localité ; car selon lui, Le tourisme en est non seulement « une opportunité de diversification de ressources économiques en milieu rural », mais également « un grand pourvoyeur d'emplois » et « un instrument de cohésion sociale ».

 

Réactions

Fadimatou Noutchemo Simo, Voyagiste :

« Nous allons revenir avec plusieurs personnes »

Nous avons saisi cette occasion pour le lancement du Dekouwalk dans la ville d'Edéa et Dizangue. Dekouwalk et Aviatour Cemac sont des initiatives pour promouvoir le tourisme à travers les marches pour la découverte de notre histoire et le renforcement de l'intégration du tourisme et l'aérien dans la sous-région. La découverte de Dizangue est très riche. Nous avons découvert la culture et la cuisine et les populations se rendent compte de ce que leur mode de vie peut être générateur de revenus. Donc nous allons revenir avec plusieurs personnes.

 

Dr Albert Emmanuel Nlend, Maire de la ville d’Edéa:

« Il est question de vendre la destination Sanaga Maritime ».

Nous allons mettre en place l’office communal du tourisme à partir de janvier 2021. Il est question de donner de la visibilité à la ville d’Edéa et de créer un pont à travers l’intercommunalité pour vendre la destination Sanaga Maritime. Ce qui, forcément, va aboutir à la création des emplois à travers les activités périphériques. Cet office va aussi accompagner les entreprises du secteur plus modestes à s’arrimer en termes de standard.

 

Albert Edzoa Tigui, Directeur de l’Hostellerie de la Sanaga:

« Les maires doivent créer des voies d’accès vers les sites»

Pour qu’un touriste arrive à Dizangue pour visiter les lacs Ossa ou Mboli, ou pour qu’il continue sur les plages de Mouanko ou même pour qu’il aille à Nyanon pour visiter la grotte de Ngog Lituba, il faut des voies d’accès. Les maires doivent donc s’investir pour développer les zones rurales en créant ces voies d’accès. C’est en allant visiter ces sites que les touristes s’arrêtent chez nous pour dormir ou manger. Car le tourisme, en fait, est une chaîne de valeurs.